De Nitro-Politic

Humaniste, pas de facade, je n'ai pas de programme politique à vendre et ne vise aucun poste d'élu. Si vous me cherchez, regardez à Gauche.


Thatcher ou Jaurès ? Le grand écart

Publié par Nitro_Politic sur 24 Avril 2014, 10:16am

Catégories : #politique, #France, #François Hollande, #Libéralisme, #Austérité

Que François Hollande ait choisi, contre les citoyens qui l’ont élu, la voie du libéralisme est une chose, mais qu’il soit celui qui entraine la droite dans une surenchère désastreuse en est une autre.

Le projet de découpe, à la hache, de 50 milliards d’euros dans les budgets publics, dans le vague espoir d’obtenir un sursaut de la croissance et de plaire à Goldman Sach est destructeur de motivations et n'apporte aucune solution à la pauvreté et au chômage qui rongent la France et l'Europe.

Ce positionnement très libéral du gouvernement Valls entraine automatiquement de la part de la droite « traditionnelle » une surenchère dans la chasse aux services publics et aux acquis sociaux qui sont les marqueurs du progrès.

L’UDI, cet espèce d’UDF sans Giscard, propose 80 milliards d’euros de casse et en rajoute une couche avec le rétablissement des 39 heures, ce combat d’arrière garde que l’on pensait rangé au musée de la préhistoire.

Le pompon en revient à l’UMP qui proposerait carrément 130 milliards d’euros de casse après avoir endetté la France de 900 milliards d’euros de 2002 à 2012 au profit des grandes fortunes et des spéculateurs.

Ces surenchères ne font qu’inquiéter les acteurs économiques, je veux dire les entreprises, mais surtout les citoyens qui sont les véritables détenteurs de la croissance tant attendue.

Le président de la République portait déjà une grande responsabilité dans cette dangereuse dérive droitière en signant, les yeux fermés et contre ses engagements, le Traité sur la stabilité, la consolidation et la gouvernance (TSCG), il serait bon qu’il n’ajoute pas à son tableau de chasse l’installation du thatchérisme à la française pour les vingt prochaines années.

James Buchanan: les "choix" du marché seront toujours meilleurs que ceux d'un Etat soumis aux pressions des électeurs.

James Buchanan: les "choix" du marché seront toujours meilleurs que ceux d'un Etat soumis aux pressions des électeurs.

Un peu d’histoire avec Maggie la faucheuse :

L'assainissement des finances publiques et le retour de la croissance seront de courte durée: dès 1988, le déficit commercial et l'inflation sont à nouveau au rendez-vous. Certes, le taux de chômage est de 5,8% en 1990. Mais la structure de l'emploi s'est fortement modifiée, avec la poursuite du déclin industriel et la montée des emplois précaires dans les services. De nombreuses personnes se sont en outre retirées du marché du travail, faute de perspectives. Le recul des politiques sociales et l'allégement de la fiscalité sur les hauts revenus ont accru les inégalités sociales.

...

Très bon texte à lire dans son intégralité dans Alternatives Economiques « Margaret Thatcher ou la Dame de fer et du laisser-faire »

 

A lire ou à relire :

- RIP Thatcher la génitrice de #Tina avec Reagan
- Pour Goldman Sachs, la France n'est plus «la bombe à retardement» de l'Europe
- Un Parti Démocrate et un Parti Socialiste pour cesser de léser la gauche ?
- François Hollande, la trahison
- La pauvreté qui se cache derrière le miracle allemand

Chez Rosaelle Hollande appparaissant sourd et étanche à Carmaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents