De Nitro-Politic

Humaniste, pas de facade, je n'ai pas de programme politique à vendre et ne vise aucun poste d'élu. Si vous me cherchez, regardez à Gauche.


Hollande 2014 : Priorité aux banquiers et à l'#austérité

Publié par Nitro_Politic sur 17 Avril 2014, 10:47am

Catégories : #politique, #Austérité, #François Hollande, #Banques, #Arnaud Montebourg, #Martine Aubry

Vous avez certainement entendu parler du pacte de responsabilité. Je vous donne ci-dessous quelques pistes de réflexion dans l'échelle du cynisme d'état.

20 Minutes: RIGUEUR - Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé ce mercredi que les prestations sociales ne seraient pas réévaluées jusqu’en octobre 2015…

Revenus*

2012

2013

Jean-Laurent Bonnafé
BNP Paribas

2.870.811 €

3.440.375 €

Frédéric Oudéa
Société Générale

2.194.600 €

2.711.995 €

Jean-Paul Chifflet
Crédit Agricole

1.503.895 €

2.140.439 €

Maurent Mignon
Natixis

1.539.010 €

1.766.120 €

François Pérol
BPCE

1.117.825 €

1.446.286 €

Smic 35 heures personne seule
(Salaire minimum interprofessionnel de croissance)

13.287 €

13.445 €

ASS
(Allocation de solidarité spécifique)

5.705 €

5.803 €

RSA personne seule
(Revenu de Solidarité Active)

5.699 €

5.819 €

RSA couple avec 2 enfants
(Revenu de Solidarité Active)

11.968 €

12.178 €

Hollande 2014 : Priorité aux banquiers et à l'#austérité

Source image: François Longerinas

Extrait de la lettre de François Hollande à Arnaud Montebourg pour emporter les primaires PS face à Martine Aubry.

"...

le combat qui s’engage dans ce début de siècle oppose bien les puissances publiques aux marchés. Il est vital d’inverser le rapport de forces entre eux. Pourquoi ? C’est de laisser les marchés faire ce que bon leur semblait qui a fini par imposer à toute et tous « la » règle économique comme repère ultime et incontournable. A cette règle économique, qui nous emmène dans les politiques d’austérités absurdes du moment, j’oppose le choix démocratique. Le bras de fer que nous engageons est un moment de reconquête du choix démocratique sur la règle économique.

C’est d’ailleurs tout le problème qui traverse l’Union européenne. Nous avons su créer une grande zone d’échange, nous avons su nous doter d’une monnaie unique, mais faute d’avoir su tenir la promesse d’une Europe sociale, nous nous retrouvons pris dans l’étau des règles strictement économiques et budgétaires. Le rejet du Traité constitutionnel s’explique largement par cette très forte déception, cette violente désillusion. Les questions démocratique et sociale sont nos meilleurs arguments pour redonner à l’Europe toute sa force. En Europe comme en France, le choix démocratique doit reprendre sa place, au-dessus des mécanismes économiques.

..."

L'intégrale ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents